ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Les Cahiers de l'Année Gérontologique

1760-5342
Publication abandonnée
 

 ARTICLE VOL 7/3 - 2015  - pp.122-137  - doi:10.1007/s12612-015-0460-8
TITRE
Les anticoagulants oraux directs en 2015 chez le patient âgé : focus chez le sujet fragile

TITLE
Direct Oral Anticoagulants in 2015 for the Elderly: a Focus on Frail Patients

RÉSUMÉ

Depuis les études princeps de phase III de non-infériorité comparant les anticoagulants oraux directs (AOD) à la warfarine, de nombreuses études ont essayé de répondre à la question de l’efficacité et de la sécurité d’utilisation des AOD chez les patients âgés. Ces études sont des études de sous-groupes complémentaires issues des études princeps ou des études de pharmacovigilance en postmarketing utilisant des données médicoéconomiques à grande échelle. De nombreux biais, par définition, peuvent entraîner une distorsion des résultats dans de telles études, rendant leur interprétation prudente. Aucun essai randomisé contrôlé n’a à ce jour comparé les AOD à la warfarine chez des patients de 80 ans ou plus et a fortiori chez des sujets âgés fragiles. En pratique, chez le patient âgé fragile, il n’y a pas de consensus quant au choix des anticoagulants à prescrire en cas de fibrillation atriale (FA) et de la maladie thromboembolique veineuse (MTEV). Quant au choix de l’AOD à privilégier chez le sujet âgé, faute d’études de comparaison directe disponibles à ce jour, il apparaît difficile de se prononcer. Toutefois, les données disponibles, tant sur le plan pharmacologique que celles issues des études complémentaires, semblent montrer que le dabigatran offre un profil bénéfice/risque moins favorable que les autres AOD. Néanmoins, les résultats prometteurs de l’idarucizumab, antidote du dabigatran, pourraient contribuer à améliorer ce rapport à l’avenir.



ABSTRACT

Since the original phase III non-inferiority studies comparing direct oral anticoagulants (DOA) to warfarin, numerous other trials have tried to answer the questions regarding the efficacy and safety of use of DOAs in elderly patients. These studies are additional sub-group trials based on the original studies, or post-marketing pharmacovigilance studies using large-scale medical and economic data. By definition, numerous biases may lead to a distortion in the results in such studies, and they should be interpreted with caution. To date, there have been no controlled randomised studies that have compared DOAs to warfarin in patients aged 80 years or above, and in particular in patients who are frail. In practice, for frail patients, there is no consensus when it comes to selecting which anticoagulant to prescribe in cases of atrial fibrillation (AF) or venous thromboembolism (VTE). Regarding the preferred choice of DOAs for elderly patients, the lack of direct comparative studies available to date makes selecting one difficult. Nevertheless, available data, both on a pharmacological level and from additional studies appears to show that dabigatran offers a less favourable risk/benefit profile than other DOAs. However, the promising results for idarucizumab, an antidote for dabigatran, could potentially improve this ratio in the future.



AUTEUR(S)
T. VOGEL, E. ANDRÈS, B. GENY, G. KALTENBACH, P.-O. LANG

Reçu le 6 juillet 2015.    Accepté le 13 juillet 2015.

MOTS-CLÉS
Anticoagulants oraux directs, Gériatrie, Fragilité, Traitements médicamenteux

KEYWORDS
Direct oral anticoagulants, Geriatrics, Frailty, Medicinal treatments

BIBLIOGRAPHIE
cag.revuesonline.com/revues/56/10.1007/s12612-015-0460-8.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (262 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier