ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Les Cahiers de l'Année Gérontologique

1760-5342
Publication abandonnée
 

 ARTICLE VOL 1/1 - 2009  - pp.10-13  - doi:10.1007/s12612-009-0002-3
TITRE
Dépistage de la démence: un enjeu dans la décision thérapeutique du sujet âgé atteint de cancer

TITLE
Dementia screening: a key factor in choice of treatment for elderly cancer patients suffering from cancer

RÉSUMÉ

Le cancer est un problème majeur de santé publique, notamment avec le vieillissement de la population. La décision thérapeutique en gériatrie est complexe, surtout au très grand âge, du fait de la polypathologie où les troubles cognitifs sont souvent présents. Cette étude vise à évaluer la prévalence de la démence chez des sujets âgés atteints de cancer, au sein de l’Unité Pilote d’Oncogériatrie du CHU de Limoges.

Quatre-vingt-un sujets âgés atteints de cancer ont bénéficié d’un dépistage cognitif minimal (MMSE1, interprété selon l’âge et le niveau d’études, plus IADL2). Quarante sujets ont été classés « non déments » (23 hommes et 17 femmes, avec un âge moyen de 79,4 ± 3,2 ans et des âges extrêmes de 75 à 86 ans) et 41 sujets « déments » (18 hommes et 23 femmes, avec un âge moyen de 81,8 ± 4,7 ans et des ages extrêmes de 75 à 94 ans). Le test du χ2 a comparé la répartition du sexe et du niveau socioculturel, le test de Fisher celle des cancers et le t test de Student la moyenne des âges entre les deux groupes.

Les sujets « déments » étaient significativement plus âgés (p = 0,01). Aucune différence significative de répartition de sexe n’a été notée entre les deux groupes. La prévalence des troubles cognitifs dans la population étudiée est très élevée (supérieure à 50 % contre une prévalence attendue dans une population d’âges comparables de 35 à 40 %).

Cette étude préliminaire souligne l’intérêt d’un dépistage cognitif systématique chez le sujet âgé cancéreux. Si la démence sévère contre-indique toute thérapie anticancéreuse, ce travail suggère l’importance de ce bilan avant la prise de décision thérapeutique, car ce choix est moins évident chez le dément aux stades légers à modérés et pour l’accompagnement du cancéreux âgé.



ABSTRACT

Eighty-one elderly cancer patients underwent minimal cognitive assessment (MMSE: Mini-Mental State Examination; IADL: Instrumental Activities of Daily Living). They were divided into two samples: 40 subjects “without dementia” (23 men and 17 women, mean age: 79.4 ± 3.2 years; extreme ages: 75 to 86 years) and 41 subjects “with dementia” (18 men and 23 women, mean age: 81.8 ± 4.7 years; extreme ages: 75 to 94 years). Data were analyzed to compare the two groups using Student’s t test for the comparison of mean age, Fisher’s test for the distribution of cancer and a χ2 test for comparison by sex and sociocultural level.

Prevalence of cognitive impairment was higher than expected in this sample of patients aged 75 or more (more than 50 vs 35–40%). Subjects with dementia were significantly older (P = 0.01). No differences according to sex were noted in either group (P > 0.05).

This study focuses on the under-diagnosis of cognitive impairment in elderly cancer patients. Although severe dementia is considered as a major contraindication to treating cancer, this work shows that assessment of cognitive functions before treating cancer in older subjects should not be forgotten, especially with mild to moderate impairment, as oncologists are often unaware of the situation.



AUTEUR(S)
I. SAULNIER, A. LABROUSSE, M.-A. PICAT, J. MARTIN, N. TUBIANA-MATHIEU, T. DANTOINE

MOTS-CLÉS
Oncogériatrie, Cancer, Syndrome démentiel, Personne âgée

KEYWORDS
Oncogeriatrics, Cancer, Dementia, Elderly

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (84 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier