ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Les Cahiers de l'Année Gérontologique

1760-5342
Publication abandonnée
 

 ARTICLE VOL 1/3 - 2009  - pp.132-148  - doi:10.1007/s12612-009-0024-x
TITRE
La filière de soins gériatrique: un élément clé du « programme pour la gériatrie »

TITLE
The geriatric care chain: a key element of the “programme for geriatric care”

RÉSUMÉ

L’organisation proposée à travers ce programme répond à la double exigence: améliorer l’accès du patient gériatrique à un soin approprié à ses particularités et optimiser la gestion des séjours hospitaliers. Dans les propos introductifs de ce rapport, les auteurs rappellent le contexte actuel de la prise en charge de la personne âgée et ses contraintes: en ce qui concerne l’efficacité de l’action de l’État sur le terrain des régions et des départements, deux freins entravent la mise en œuvre d’une politique gériatrique et gérontologique efficace — la multiplicité des décideurs sur le terrain des régions et des départements. Les auteurs proposent que, lorsque les ARH deviendront des ARS, elles voient leur champ élargi, au-delà du couple ville-hôpital, au médicosocial. En attendant, ils suggèrent l’expérimentation, dans une ou plusieurs régions, d’une unité de décision ARH pour l’État: le dialogue entre l’État et les conseils généraux en serait simplifié. La séparation du sanitaire et du médicosocial est délétère. Cette dichotomie aboutit souvent à une absence de communication et à un déficit de coordination des actions sur le terrain avec, en corollaire, une perte d’efficacité. Cette situation est parfois source de tensions alors que les décideurs et les acteurs œuvrent, quelle que soit leur appartenance, dans le même but: améliorer la reconnaissance sociale et l’offre sanitaire et médicosociale destinée aux personnes âgées les plus vulnérables. En ce qui concerne la réalité de la prise en charge sur le terrain hospitalier: derrière les discours compréhensifs et généreux, la réalité est que, aujourd’hui, le patient gériatrique ne bénéficie pas toujours d’un accueil parfait à l’hôpital. En effet, l’hôpital est avant tout constitué de services cliniques de spécialité, non gériatriques, où la complexité de la prise en charge de sujets polypathologiques et très dépendants est un frein à une acceptation optimale. La personne âgée handicapée nécessite un fort investissement en temps de la part d’équipes confrontées à une rotation accrue des patients et donc à une accélération du travail, alors que ces tâches supplémentaires bien réelles ne sont actuellement pas valorisées et ne permettent donc pas de renforcer les équipes. En outre, trop souvent, ce patient gériatrique est perçu comme « embolisant » le service faute de place d’aval au moment où, T2A oblige, la fluidité s’impose comme un impératif essentiel de gestion des pôles. Cela peut se traduire par des hospitalisations non pertinentes ou dans des services inadéquats, avec pour conséquence des sorties trop précoces: on peut alors parfois observer une perte de chance pour la personne âgée, associée souvent à une réhospitalisation à court terme délétère pour le patient et coûteuse pour la société. Face à cette double difficulté que l’évolution démographique va accroître, nous devons agir à deux niveaux: 1) la tarification: une tarification appropriée à la prise en charge des patients gériatriques nécessite une réflexion approfondie prenant en compte la polypathologie et le degré de dépendance élevé les caractérisant. Cette réflexion est en cours au sein d’un groupe de travail animé par la DHOS; 2) l’organisation des structures afin qu’elles s’adaptent au mieux à la double exigence: d’une prise en charge adaptée aux besoins spécifiques du patient gériatrique d’une grande fluidité des séjours par un travail en filière. C’est sur ces dernières questions — prise en charge des besoins spécifiques et fluidité du parcours du patient gériatrique — que les recommandations de ce rapport s’inscrivent: elles se structurent autour de cinq objectifs et se traduisent en 45 mesures. Elles prennent en compte les réglementations diverses existantes et qui, déjà, fixent les contours d’un programme gériatrique (annexe A). Les cinq objectifs suivants y sont déclinés en 20 recommandations: objectif n o 1: créer un label « filière gériatrique » pour chaque établissement de santé siège d’un service d’urgences; objectif n o 2: faire contractualiser en tant que « partenaires de la filière gériatrique labellisée » les établissements et structures associés à la filière gériatrique; objectif n o 3: prendre en compte le vieillissement des patients dans les services non gériatriques; objectif n o 4: développer la coordination entre tous les partenaires, tout au long du parcours du patient; objectif n o 5: disposer en nombre et en qualification des femmes et des hommes pour animer cette politique gérontologique.



ABSTRACT

The structure proposed in this programme fulfils two main objectives: to improve the access of geriatric patients to appropriate care and to optimise the management of hospital-based care. In the introduction to this report, the authors remind us of the current situation regarding the management of elderly patients and the constraints thereof: with respect to the effectiveness of in-the-field state provision in the French regions and departments, the main factor preventing the implementation of an effective geriatric and gerontological policy is the multiplicity of decision-making bodies in the regions and departments. The authors put forward the proposal that, when the ARH (Regional Hospitalisation Agencies) become ARS (Regional Health Agencies), their field of action should be extended to include not just the town-hospital link, but also medico-social structures. Meanwhile, they suggest that, in one or more regions, the state experiments with making the ARH its decision-making organism: dialogue between the state and local councils would thus be simplified. Separating medical care from social care is not beneficial: the dichotomy often results in lack of communication and poorly coordinated action in the field, leading to reduced effectiveness. Such a situation can sometimes be a source of tension between decision-makers and health professionals, despite the fact that all are working towards the same aim - improved recognition and improved medico-social and health care for the more vulnerable members of the elderly population. With respect to actual in-the-field hospital-based care-provision, the authors maintain that behind the understanding, generous discourse lies a reality whereby the geriatric patient today does not always receive the best possible treatment. In the main, hospitals are composed of a number of specialists, non-geriatric clinical departments, where the complex nature of treating poly-pathological and highly dependent elderly patients prevents their being cared for in the best possible manner. Teams must invest considerable time in dealing with the disabled, elderly patient, at a time when patient throughput is higher than ever. This means that work-rate must be accelerated in order to accomplish all these very real and necessary tasks, which are nevertheless under-valued and therefore do not lead to increased staff numbers. Moreover, the geriatric patient is all too often seen as “embolising” the system, because of a lack of suitable capacity, when, because of T2A (the new hospital funding system recently introduced in France that ties funding to activity levels), fluidity has become an imperative in cluster management. This sometimes manifests itself as inappropriate hospitalisation or admission to departments that are not suitable, which itself leads to patients being discharged too early: this can mean that the unlucky elderly patient has to spend another short spell in hospital, a development which is not only of little benefit to the patient but is also costly for society. Confronted with these two problems, which will only be exacerbated by demographic developments, it is suggested that action takes place on two levels: 1) funding: devising a funding structure that is adequate for geriatric care needs careful thought, taking into account the polypathological nature of elderly patients’ difficulties and their high-levels of dependency. The matter is currently under examination by a DHOS (Directorate of Hospitalisation and Organisation of Care) taskforce; 2) organisation of structures so that they best meet the two requirements: to provide care that meets the specific needs of the geriatric patient whilst simultaneously ensuring fluidity of hospitalisation as part of an overall care structure. The recommendations contained in this report concern these latter points, i.e. specific careprovision for geriatric patients and fluidity of care structure. The recommendations are built around five objectives, to be achieved through 45 measures. They take account of the various existing regulations that define the main lines of a geriatric care programme (annexe). The five objectives that follow are included in the programme in the guise of 20 recommendations: objective n o 1: create a “geriatric care chain” label for every health-care organism that has an emergency service; objective n o 2: contractualise organisms and structures that provide services for geriatric patients, as “partners in the geriatric care chain label”; objective n o 3: take patient aging into account within non-geriatric services; objective n o 4: develop coordination between all partners throughout the patient pathway; objective n o 5: employ sufficient qualified male and female staff to put this gerontological policy into practice.



AUTEUR(S)
C. JEANDEL, P. VIGOUROUX

MOTS-CLÉS
Organisation des soins, Gériatrie, Filières

KEYWORDS
Organisation of care, Geriatrics, Care chains

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (201 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier