ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Les Cahiers de l'Année Gérontologique

1760-5342
Publication abandonnée
 

 ARTICLE VOL 5/3 - 2013  - pp.268-273  - doi:10.1007/s12612-013-0358-2
TITRE
La fibrillation atriale chez la personne âgée: déterminants de la prescription d’anticoagulants. Étude originale réalisée chez 170 résidents d’EHPAD

TITLE
Atrial fibrillation among elderly patients: determining factors for anticoagulant prescriptions. Original study performed on 170 care home residents

RÉSUMÉ

Le bénéfice des antivitamines K (AVK) dans la fibrillation auriculaire (FA) pour la prévention primaire des accidents cérébrovasculaires est clairement démontré. Pourtant, 25 à 30 % des sujets âgés de plus de 75 ans ne sont pas anticoagulés. L’objectif de cette étude prospective est d’évaluer les raisons de la non-anticoagulation des sujets âgés en FAvivant en Établissement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) à la lumière des dernières recommandations de la Société européenne de cardiologie qui stipule que toute personne de plus de 75 ans en FA devrait théoriquement prendre des AVK.

Étude prospective réalisée du 1er juin 2011 au 15 août 2011 dans 11 EHPAD de la communauté urbaine de Strasbourg chez 781 résidents de plus de 75 ans (âge moyen: 87,1 ans), dont 170 étaient en FA (permanente ou paroxystique). L’analyse a comporté l’évaluation du risque embolique artériel (score CHA

Parmi les 170 sujets en FA, 49 % avaient un anticoagulant, 28 % un antiagrégant, 1 % une association anticoagulant et antiagrégant et 22 % étaient sans traitement. Les patients appartenant au groupe GIR-1 (31,7 % de la population correspondant aux déments grabataires) étaient moins souvent anticoagulés que ceux des groupes GIR-2, 3 et 4, respectivement 27,7, 64,1, 50 et 70,8 % (p < 0,05). Aucune association n’est retrouvée entre la prescription d’anticoagulant, le score CHA

Dans cette population de plus de 75 ans en FA, qui devrait théoriquement être anticoagulée par AVK, 49 % des résidents des 11 EHPAD ne prennent pas d’AVK dont certains pour des raisons discutables (nature paroxystique de la FA, âge avancé des résidents). Des mesures de formation des médecins, s’appuyant sur les dernières recommandations de la Société européenne de cardiologie, semblent nécessaires.



ABSTRACT

The benefits of vitamin K antagonists in auricular fibrillation (AF) for the primary prevention of cerebrovascular accidents has been clearly demonstrated. However, 25 to 30% of patients over the age of 75 are not provided with anticoagulants. The aim of this prospective study is to assess the reasons for not providing anticoagulants for elderly patients with AF living in care homes, in the light of recent recommendations from the European Cardiology Society, which state that everyone over the age of 75 with AF should theoretically take vitamin K antagonists.

Prospective study performed from 01/06/2011 to 15/08/2011 in 11 care homes in metropolitan Strasbourg among 781 residents aged over 75 (average age: 87.1 years), 170 of whom have AF (permanent or paraoxystic). The study included an assessment of the arterial embolic risk (CHA

Among the 170 patients with AF, 49% had an anticoagulant, 28% had antiaggregating treatment, 1% had a combination of anticoagulant and antiaggregating treatment and 22% had no treatment. Patients from Iso-resource group 1, (31.7% of the subjects who were bedridden) were less likely to have been given anticoagulant treatment than patients from Iso-resource groups 2, 3 and 4, of whom respectively 27.7%, 64.1%, 50% and 70.8% received such treatment (P < 0.05). No link was found between the CHA

Among this study group over 75 years of age with AF, which should theoretically receive anticoagulation treatment using vitamin K antagonists, 49% of residents in 11 elderly care homes do not take vitamin K antagonists, some of whom for debatable reasons (paraoxystic nature of the AF, advanced age of residents). Training for doctors, based on the latest recommendations from the European Cardiology Society, appears necessary.



AUTEUR(S)
C. SUNA-ENACHE, G. BIDAMANT, G. KALTENBACH, T. VOGEL

Reçu le 15 juillet 2013.    Accepté le 30 juillet 2013.

MOTS-CLÉS
Personne âgée, Fibrillation atriale, Anticoagulants

KEYWORDS
Elderly people, Atrial fibrillation, Anticoagulants

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (239 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier