ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Les Cahiers de l'Année Gérontologique

1760-5342
Publication abandonnée
 

 ARTICLE VOL 7/4 - 2015  - pp.138-139  - doi:10.1007/s12612-015-0469-z
TITRE
Éditorial : Focus sur l’ophtalmogériatrie

TITLE
Focus on Geriatric Ophthalmology

RÉSUMÉ

L’ophtalmologie est une discipline souvent obscure pour les non-initiés. Ce numéro est spécifiquement dédié à cette spécialité, d’une part pour démystifier l’œil et ses pathologies à travers des présentations didactiques, d’autre part afin de replacer la déficience visuelle et ses conséquences au sein de la prise en charge gérontologique.

En préambule, rappelons l’anatomie fonctionnelle simple de l’œil. L’œil fonctionne tel un (vieil) appareil photographique : la cornée est l’objectif, l’iris le diaphragme, la rétine la pellicule photographique, et le cristallin le focus assurant la mise au point en vision de près… avant la presbytie. Enfin, rappelons que l’acuité visuelle (de 0,5 à 10/10, voire 16/10 selon l’échelle de Monoyer) est toujours associée à la notion de correction optique (unité = dioptrie) utilisée pour obtenir cette acuité visuelle : on définit l’acuité visuelle sans correction, l’acuité visuelle avec la correction portée du patient qui peut être différente de la meilleure acuité visuelle corrigée lorsque les lunettes portées sont vieilles de plusieurs années et non adaptées, ce qui est loin d’être rare chez nos patients…

Les troubles ophtalmologiques sont fréquents chez les patients âgés [1] ; outre les classiques pathologies oculaires liées à l’âge, les défauts de correction optique constituent une étiologie non négligeable de déficit visuel. Or la perte visuelle, même minime, est associée à une limitation des activités, comme l’a montré l’étude POLA [2]. Un dépistage systématique et régulier des troubles visuels chez le sujet âgé semble donc non seulement justifié mais surtout indispensable.

Dans un contexte de pénurie d’ophtalmologistes, une collaboration étroite et organisée entre gériatres, médecins traitants et ophtalmologistes [1] s’impose afin de prévenir la déficience visuelle acquise du sujet âgé, et ses conséquences que sont les chutes et accidents [3], le handicap, la perte d’autonomie, les épisodes dépressifs et le décès [4].

Depuis 40 ans, l’arsenal thérapeutique et les techniques chirurgicales de l’ophtalmologiste se sont transformés. La chirurgie de la cataracte est passée d’une ère manuelle, synonyme de large incision, à l’ère de l’émulsification du cristallin à travers une incision millimétrique, en attendant peut-être d’opérer tous nos patients de « cataracte au laser », voire de traiter médicalement la cataracte par des collyres d’efficacité prouvée [5]. Le pronostic de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) exsudative a été révolutionné par l’avènement des injections intraoculaires d’anti-VEGF [6]. Le traitement de l’œdème maculaire diabétique implique avant tout une prise en charge systémique, mais n’est plus limité, au niveau ophtalmologique, au seul laser, puisqu’il tire aussi parti de l’apport des injections intraoculaires d’anti-VEGF ou de corticoïdes. Les patients glaucomateux ont bénéficié de l’apparition de nouvelles thérapeutiques en collyres [7], que ce soit en monothérapie ou en combinaison, des nouveaux conditionnements préservant la surface oculaire de la nocivité des conservateurs [8], et de nouvelles techniques chirurgicales [9].

Tous ces sujets sont exposés de façon claire et synthétique dans les différents articles de ce numéro, articles qui se veulent pratiques, adaptés au quotidien du gériatre et du médecin généraliste afin que dorénavant, ophtalmologistes et non-ophtalmologistes puissent parler le même langage et échanger efficacement ! Nous espérons ainsi que la lecture de ce numéro dissipera les zones d’ombre ou de confusion associées à la simple évocation des mots « acuité visuelle », « réfraction », « DMLA », « glaucome », « œdème maculaire »…

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture !



AUTEUR(S)
V. SOLER

Reçu le 14 septembre 2015.    Accepté le 14 septembre 2015.

BIBLIOGRAPHIE
cag.revuesonline.com/revues/56/10.1007/s12612-015-0469-z.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (86 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier